Historique

 Le Jumelage à Chauvigny : une longue histoire

 

En 1957, le maire de Chauvigny, Jacques Toulat, apprend la création de la F.M.V.J. (Fédération Mondiale des Villes Jumelées). Dans sa charte fondatrice, la FMVJ définit le jumelage culturel comme « le lien qui unit, dans un esprit d’égalité et de réciprocité, des populations entières de deux ou plusieurs pays différents en vue de favoriser le contact des personnes, l’échange des idées, des techniques, des produits. (…) Il est un instrument de culture populaire et de formation civique internationale (…) et il ne saurait être détourné de son objet à des fins personnelles ou partisanes ou politiques « 

La ville de Chauvigny adhère à la F.M.V.J le 20 mars 1958.

Un mois plus tard la ville de Trino en Italie lui est proposée. Elle était connue de la F.M.V.J. car elle cherchait après la guerre un rapport économique avec une ville française qui pût contribuer à redresser son économie. En fait, avec Chauvigny, ce furent surtout des rapports d’amitié et de réciproque collaboration culturelle.

Le Conseil Municipal de Chauvigny, accepte ce jumelage le 26 novembre 1959.

La cérémonie est fixée au 23 Avril 1961. Il y est proclamé la volonté de développer la compréhension, le respect mutuel et l’amitié entre les habitants de Trino et de Chauvigny, valeurs que nous entretenons depuis.

 

Jusqu’en 1968, le Comité de Jumelage fonctionne au sein de la Mairie. Il est animé par Marcel Hélène, alors adjoint au Maire.

Le 9 Février 1968, une association loi de 1901 est créée, dont le président sera Marcel Hélène jusqu’en 1976.

 

L’idée du Jumelage de Chauvigny avec la ville allemande de Geisenheim est née de la rencontre de deux anciens prisonniers de guerre : M. Koster pour Geisenheim et Narcisse Moreau pour Chauvigny. Les ACPG (anciens combattants prisonniers de guerre) sont invités à passer à Geisenheim au cours de leur voyage. Ils y sont très bien reçus et fraternisent.

Puis, le rapprochement franco-allemand se renforce, long cheminement qui aboutira  en mai 1970 au Jumelage.

Il aura fallu pour cela surmonter de nombreux obstacles, renverser certains préjugés des français et des allemands, instaurer le dialogue et une acceptation mutuelle.

 

Dès que ce jumelage fut officialisé, les responsables chauvinois pensèrent au jumelage de Trino avec Geisenheim. L’enthousiasme fut mitigé. Mais le travail de persuasion porta ses fruits puisque le 13 avril 1971, les délégués des trois villes se réunissaient et que le 13 juillet 1974 le jumelage de Trino avec Geisenheim était concrétisé. Le Jumelage triangulaire était réalisé.

 

En 1967, la FMVJ décide de développer les jumelages coopération entre des communes de pays industrialisés et celles de pays en voie de développement.

C’est par le Maire de Châlons sur Marne, jumelé avec Bobo au Burkina Faso, que M Toulat connaît Banfora et lui propose de se jumeler avec Chauvigny. Le Maire de Banfora, M. Savadogo y  répondra favorablement le 5 novembre 1971, et la cérémonie officielle du Jumelage à Chauvigny en présence d’un délégué de Trino et de Geisenheim aura lieu le 1er Septembre 1974.

 

Le Comité de Jumelage contribuera en 1998 au jumelage de Banfora avec Trino, Geisenheim s’associant à des projets mais sans jumelage officiel.

Deux communes proches de Chauvigny se sont associées à nous pour prendre en charge des secteurs de Banfora : Mauprévoir en 1998 et Bonnes en octobre 2000.

 

Depuis la visite en octobre 2003 du maire de Billericay, l’idée d’un nouveau jumelage est née. Il se concrétisera le 24 avril 2004 en Angleterre

 

Le Comité de Jumelage et ses fondateurs, sont à l’origine du Monument « Souvenir et Paix » érigé le 24 avril 1977 à proximité de l’arbre de la liberté et unique en France.